Flânerie à Abaynou

A main droite en venant de Guelmim, la Mosquée

Avec son minaret vers les cieux élancé.

C’est l’entrée du village, le village d’Abaynou

Entouré de montagnes, de reg et de cailloux.

En avançant plus loin, au bout de la ruelle,

Des échoppes, des cafés où comme un rituel

Des buveurs de thé, indolents et placides

Aux visages burinés, ravagés par les rides,

Ces plis qui sont le fruit d’une existence rude

D’une vie toute entière remplie de servitude,

Regardent des enfants qui s’amusent d’un rien,

Un carton, une roue, un oiseau ou un chien.

Un peu plus loin encore, un lieu très convivial

Vous avez deviné, c’est la station thermale.

On y vient se baigner dans les sources d’eaux chaudes

Sous l’œil bienveillant des taxis en maraude.

Enfin nous arrivons à l’oued asséché

Que sans difficulté nous allons traverser.

Et là, la palmeraie, majestueuse et belle

Semblant tout droit sorti d’une vieille aquarelle.

Si le palmier est roi, l’euphorbe est sa reine.

Les essences se mêlent, mais de façon sereine,

Pour offrir à nos yeux, spectacle magnifique

Quelque chose de divin, quelque chose de magique.

Le djebel qui entoure ce douar rassurant

Illuminé, le soir, par le soleil couchant,

Nous offre, et c’est merveille, un décor grandiose,

Où les ocres et les rouges se mêlent et puis explosent

En un feu d’artifice de couleurs éclatantes,

Et enfin disparaît dans la nuit accueillante,

Où mille bruits nous bercent pour qui sait écouter.

Le bruissement des branches par le vent caressées,

Les oiseaux revenant, retrouvant leur nichée

Qui bruyamment attend pour avoir la becquée.

Dans le lointain, un Muezzin appelle à la prière

Les palabres sans fin de ce peuple berbère

Dans les rue c’est le calme, pas du tout de rezzou

A peine des musulmanes, on entend les Youyous.

Et puis ces bruits s’estompent pour faire place au silence

Et donner aux étoiles encor plus de brillance.

Les yeux remplis d’images, les oreilles de bruits,

C’est au nez maintenant, et on s’en réjouit,

Qu’appartient la nuit noire, et c’est pure plaisir

Que humer mille parfums avant de s’endormir.

Accueil
Camping
Diaporama
Emplacements
Restaurant
Plan d'accès
Plan du camping
Environnement
Tarifs
La vie au camping
Trombinoscope
Contact
Amicale des amis du camping de la vallée
Un peu de poésie
B & B
Liens
Vidéo
Voyages en Corse
Pistes du Maroc
Flânerie Abaynou
© 2016 Paul GRIMALDI-ORSINI