Le désert éternel toujours renouvelé,

Mouvance de ce sable, si chaud, si fin, si doré

Que les traces s’estompent au moindre coup de vent

Laissant le paysage aussi vierge qu’avant.

Nulle vie en surface, au soleil de midi,

Simplement des mirages. Ils indiquent qu’ici

Les choses que l’on voit, même en étant réelles

Nous arrivent déformées, et notre esprit chancelle

En pensant que cela est un lointain reflet,

Comme chez nous, le soir, on voit les feux follets.

Le silence absolu, parfois « assourdissant »

Le silence qui est là, qu’on écoute, qu’on entend,

Le silence, terrible, qui chevauche les dunes,

Le silence, enfin, que l’homme seul importune.

Cette magie grandiose, ces décors féeriques

Nous font croire en Dieu, le créateur unique.

Comme la dune change, sa couleur change aussi

Et le rouge et le noir et l’ocre s’associent

Pour transformer ces lieux et nous laisser rêver

Aux grandes étendues, aux ergs, au Ténéré,

Aux belles oasis entourées de gueltas

Aux reliefs du djebel, aux profondes dayas,

Aux oueds asséchés, au grand désert blanc,

Au soleil de feu, au soleil aveuglant.

Alors le diable, toujours aux aguets

Traque ce qui est beau et le transforme en laid.

Jetant sur la beauté son grand manteau de haine.

Cette mer de sable alors se déchaîne.

Et ce sable, si chaud, si fin et si doré,

Que juste un peu plus tôt nous avons adoré,

Se transforme, cruel, en mille aiguillons

Que les grands vents dispersent en un grand tourbillon.

Et on voit la tempête et le vent et le sable

S’entremêler, ici, de façon admirable

Et changer le désert en un chaos profond.

Cette échine de sable parcourue de frissons

Se retransforme encore, une fois apaisée

En désert éternel toujours renouvelé.

Accueil
Camping
Diaporama
Emplacements
Restaurant
Plan d'accès
Plan du camping
Environnement
Tarifs
Contact
Un peu de poésie
B & B
Vidéo
Voyages en Corse
Pistes du Maroc
Le desert éternel toujours renouvelé
© 2018 Paul GRIMALDI-ORSINI